La Vie m’abreuve jusqu’au seuil du grand Départ

Article paru dans la revue Présence : les chemins du Sens en 2015

Si nous pouvons accepter la souffrance telle qu’elle est, elle nous ramène au coeur de nous mêmes. Nos émotions sont précisément l’interface entre le futur et le passé. Il nous faut le courage de devenir vulnérable, de nous laisser toucher par ce qui se présente, de laisser fondre nos résistances.

Lire ICI